outil_sculpture
 
 
 
 
 
outil_barbele
retour accueil
outil_jumelle
Retour page précédente

AG 2007 - Une Assemblée qui ouvre de nouvelles possibilités


Pour la première fois depuis sa création en 1945, l’Amicale de Châteaubriant Voves-Rouillé a tenu son Assemblée Générale à l’Hôtel de Ville de Paris le 3 Mars 2007.


Ce fût un moment important dans la vie et la reconnaissance du rôle de l’Amicale depuis plus de 60 ans, 180 personnes y ont participé.

Madame Odette CHRISTIENNE, adjointe au maire de Paris, salua les participants (Discours en téléchargement en bas de page) en rappelant l’important travail de Mémoire que réalise la ville de Paris. En rendant hommage à tous les résistants, elle redit combien il est important de préserver la vigilance aujourd’hui, combien la cause de l’homme est un combat qui ne connait pas de repos.
Le devoir pour la France aujourd’hui et de demain est de se souvenir des valeurs de la Résistance.

Puis Hubert DOUCET, Secrétaire Général, présente le rapport moral et d’orientation (En téléchargement en bas de page). Il rappela les enjeux de la période de 1933 à 1945 : Les luttes pour empêcher la montée du fascisme en France, le Front Populaire et les conquêtes sociales, la guerre d’Espagne et la formidable solidarité avec les Brigades Internationales.
L’entrée en guerre et les premières orientations des syndicalistes, des communistes dès 1940 avec l’objectif de faire taire le monde du travail et ses organisations.

Rien d’étonnant qu’ils furent les Résistants de la première heure et ils payèrent au sacrifice de leur vie leurs combats de Libération de la France.

Il rappela aussi que la Résistance fut aussi revendicative : Les Comités Populaires, les grèves des mineurs, les sabotages de la production, des moyens de transport.

C’était un affrontement direct avec le patronat qui avait chois « Plutôt Hitler que le Front Populaire ».

Cette résistance ouvrière aboutit au programme du CNR et à ses avancées sociales, économiques, démocratiques et politiques. Celles-ci sont justement au cœur des prochaines échéances électorales ou la droite, le patronat choisissent « Plutôt l’enrichissement des actionnaires que le code du Travail »

La question de la répartition des richesses produites est la question au cœur de l’avenir de notre société, du développement humain. Il est vital de changer la logique actuelle sinon la réponse aux besoins se dégradera plus encore.
Comme le manque de logement, les 7 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Le combat des 27 fusillés de Châteaubriant, de tous les autres portaient ces valeurs, ces combats pour la Justice Sociale, les Libertés et, l’Amicale entend y rester plus que jamais fidèle.

C’est en ce sens qu’elle entend poursuivre son action de Mémoire et du lien avec les combats d’aujourd’hui.

Toutes les commémorations à Châteaubriant, Voves, Rouillé, Aincourt seront porteurs du formidable espoir que les fusillés, déportés, internés exprimaient dans les derniers mots de leurs lettres à leurs familles.

C’est ce que rappellent les évocations historiques et artistiques préparés par les enfants des écoles, des collégiens, avec des artistes, comédiens et chanteurs dans les différents sites de Mémoire.

Elles sont des moments intenses pour que l’histoire serve au présent en apportant des éléments de réflexion et d’analyse.

Les Comités qui composent l’Amicale développent multiples initiatives qui vont dans le même sens à l’exemple du Comité du Souvenir de Loire-Atlantique qui valorise la place des Républicains Espagnols dans la Résistance, ce sont aussi les syndicats CGT des rotativistes qui ont organisé deux débats dans les locaux du Monde et du Figaro, ce sont les expositions sur Arpajon pour Louis BABIN et Louis NAMY. Celle de Digoin sur Titus BARTOLI, le Comité de Bagneux qui organise chaque année un voyage avec les adhérents sur un site de la Résistance.

L’inauguration du Musée en Octobre 2006 à la ferme à Châteaubriant permet de mieux comprendre ce que fut l’internement, ses lieux, qui sont les Internés, pourquoi les arrestations ? A quelles dates ?

L’Amicale y apporte des témoignages, des documents et un travail sur l’histoire, mais également sur le site Internet de l’Amicale.

Un Musée lieu de Mémoire, d’enseignement et de culture s’inscrivant dans un parcours de Mémoire sur la Résistance dans les pays de Loire.

Plus de 8000 visiteurs à la Carrière de Châteaubriant, déjà 2000 au Musée. La dimension populaire n’échappe à personne et donne un gage pour l’avenir (Données en téléchargement en bas de page).

Là aussi la place des écoles, des collèges, des lycées sera un atout pour faire de l’histoire une question citoyenne.

Pour 2007, le thème des évocations historiques et artistiques sera « Les Femmes dans la Résistance » car nous avons le besoin de mieux faire connaitre ce que furent leur engagement si précieux pour que la Résistance écrive ses lettres d’honneur.

A la fin de l’Assemblée Générale, un hommage aux fusillés, aux déportés de Paris et de la Région Parisienne a été fait par Jacqueline OLLIVIER-TIMBAUD (Hommage en téléchargement en bas de page) dans la salle du Conseil de Paris et devant la plaque portant les noms des Résistants.

De nombreux élus parisiens, des responsables CGT et des dirigeants du Parti Communiste y assistèrent.

Les dates des commémorations ont été retenues :

VOVES Dimanche 13 Mai 2007
ROUILLE Dimanche 24 Juin 2007
AINCOURT Samedi 06 Octobre 2007
CHATEAUBRIANT Dimanche 21 Octobre 2007.


Nous publions ci-après le rapport moral de Hubert DOUCET, secrétaire de l’Amicale.
Vous trouverez en téléchargement (en bas de page) le maximum de données liées à cette assemblée générale.


ASSEMBLEE GENERALE DE L’AMICALE
LE SAMEDI 03 MARS 2007
HOTEL DE VILLE DE PARIS

Le Conseil d’Administration de l’Amicale avait souhaité donner un sens particulier à notre Assemblée Générale qui se tient pour la première fois à Paris, Ville symbole de la Résistance, Ville Compagnon de la Libération avec Nantes, Vassieux- en- Vercors, Grenoble et l’Ile de Sein.

Votre présence nombreuse est un bel et grand hommage à tous nos camarades internés, fusillés tous résistants de la première heure.

En les arrêtant dès 1940, ces syndicalistes CGT, ces militants communistes, ces patriotes, ceux qui croyaient au ciel, ceux qui n’y croyaient pas, les nazis avec la complicité des valets de Pétain voulaient faire taire le monde du travail, ses organisations syndicales et politiques.

C’est le contraire qui se passa et la classe ouvrière releva le défi, l’honneur de la France dont DE GAULLE reconnaitra le rôle.

Pas étonnant que ce soit des syndicalistes, des communistes qui furent à la tête de l’insurrection de Paris : ROL TANGUY, Cécile, André TOLLET et tant d’autres. Pas étonnant non plus que le programme du CNR porte des avancées sociales, économiques, politiques de nature à faire progresser la Justice Sociale , la Démocratie, l’indépendance de la France.

Pas étonnant que le Ministre du Travail fut un dirigeant syndical communiste, Ambroise CROIZAT fondateur de la Sécurité Sociale, des systèmes de protection sociale comme la retraite et des droits nouveaux pour les travailleurs comme le CE.

Nous nous honorons de tout cela. A 12 heures 30 dans la Salle du Conseil de Paris, Jacqueline OLLIVIER-TIMBAUD au nom de notre Amicale rendra hommage à tous ces résistants.

S’il est légitime d’honorer nos disparus, je voudrais en notre nom à tous rendre hommage à la Jeunesse qui a payé un lourd tribu, des milliers de Guy MOQUET dont on a pris la vie très jeune.

La résistance vu à travers les lunettes déformantes du temps, apparait trop souvent comme des opérations armées, d’incroyables coups de main, tout cela a bien sûr existé mais la Résistance a connu multiples visages.

Celui de l’engagement clandestin des Jeunes Filles, des Femmes qui ont eu des missions de l’ombre souvent primordiales comme les liaisons entre différents groupes. Il fallait un courage exceptionnel et elles payèrent de leur vie dans des conditions inhumaines.

La Résistance était aussi revendicative, cela est très souvent oublié, dès 1940 c’est la création des Comités Populaires, d’Entreprises qui tentaient de remplacer la CGT dissoute. Ce sont aussi les sabotages organisés par les cheminots sur le matériel roulant ou d’entretien. Les grèves à l’exemple des mineurs de Mai 1941.

Pour un tract distribué, une inscription sur un mur, la participation à une manifestation, à une grève, à un sabotage de la production, on risquait sa vie, l’internement, la torture, la déportation.

Et dans cette jeunesse résistante, il y avait des camarades aujourd’hui présents dans cette salle : Odette, Paulette, Jackie, Jean, Fernand, Georges, Lucette, André, Cécile, les 3 Henri qui ava ient toutes et tous entre 16 et 22 ans. Rendons leur hommage.

Hommage aussi à tous ceux qui nous ont précédés à l’Amicale et qui ont permis de pérenniser cet indispensable travail de mémoire entrepris voilà plus de 60 ans.

Rien ne doit disparaitre surtout par les valeurs des combats de Libération et d’émancipation humaine, c’était leur engagement c’est la notre aujourd’hui.

Je pense à tout ce que fait le Comité du Souvenir de Nantes sur le rôle et la place des Républicains Espagnols dans la Résistance. C’était un retour de Solidarité, de Fraternité après les luttes dans les brigades internationales.

Ils avaient été presque oubliés mais aujourd’hui reconnus et leurs familles en Espagne ont pu connaître leur destin glorieux.

C’est aussi le Comité de Voves qui réalise des recherches biographiques sur tous les internés du camp. Son attachement a impliqué les Jeunes pour qu’ils soient les voix des sentinelles de la Mémoire.

Le Comité de Rouillé qui organise chaque année des expositions, des animations avec toutes les communes concernées par le camp et le massacre de Vaugeton.

Le Comité de Aincourt qui entend mieux se structurer pour empêcher d’oublier qu’il fut l’un des premiers camps d’internement en Région Parisienne.

Le Comité de Bagneux qui organise chaque année un parcours de Mémoire. Le Comité de Titus Bartoli qui a réalisé une très belle exposition.

Et tous les autres Comités, Cholet, Brest, Argenteuil, Gennevilliers, Les Landes qui se mobilisent pour perpétrer le travail de Mémoire.

Ce sont les rotativistes CGT qui ont organisé 2 débats à l’intérieur des imprimeries du journal Le Monde et du Figaro où plusieurs dizaines de salariés étaient présents. C’est la Fédération CGT des PTT qui vient d’éditer un livre sur Jean GRANDEL.

Ce sont les syndicats CGT des Cheminots de la gare de l’Est et du Nord qui veulent présenter l’exposition de l’Amicale dans plusieurs Comités d’Entreprises.

C’est l’Union Fraternelle CGT des Métallurgistes qui apporte un soutien financier et politique permanente à notre Amicale.

C’est la Fédération CGT des Industries Chimiques toujours fidèle aux commémorations et qui propose la présence de notre Amicale à leur prochain congrès.

Comme vous le voyiez plus de 60 ans après sa création, notre Amicale avec conviction, passion, continu son engagement à faire vivre dans les conditions d’aujourd’hui les messages écrits par nos camarades sur les planches de leur baraque et dans leurs dernières lettres avant d’être fusillés, déportés.

Nous voulons le faire en partenariat avec nos amis d’Arpajon qui, avec Alain BOUYSSY réalisent des expositions sur Louis BABIN et Louis NAMY.

Avec nos Amis de Mémoires Vives qui réalisent un travail de Mémoire sur les convois de déportés, avec l’association des Familles de Fusillés qui par son action a permis d’aboutir à une juste indemnisation pour les enfants de résistants disparus.
Et bien sûr avec la FNDIRP et le Musée de la Résistance Nationale.

L’histoire est devenu un enjeu notamment celle de la période de 1933 à 1945, il va devenir un combat.

Preuve les propos révoltants et cyniques de SARKOZY en tentant d’annexer à sa campagne présidentielle le nom de Guy MOQUET.
Lui le ministre du soutien à Bush, lui qui est soutenu, financé par les boursiers, le patronat. Ceux qui lui choisissent plutôt Hitler que le Front Populaire.

Ils disent aujourd’hui :
- Plutôt l’argent que l’humain
- Plutôt les actionnaires que le code du travail
- Plutôt la remise en cause de la Sécurité Sociale, de la retraite que de toucher aux profits.
- Voilà ce qui se joue dans les prochaines échéances électorales.

Pour la majorité des gens toujours plus d’insécurité sociale, pour une minorité le CAC 40 annoncé pour 2006 - 100 milliards de profits -

Pour les mêmes, 30 milliards c’est la baisse d’impôt qu’ils ont obtenu, ce sont 65 milliards d’aides publiques aux grandes entreprises. Les moyens manquent pour le social mais pas pour le capital.

La contrepartie de tout cela :
- 7 millions de gens en France vivent en deçà du seuil de pauvreté et, c’est plus de la moitié des français qui vivent avec moins de 1300 €uros par mois.
- Les annonces de dizaines de milliers de licenciements dans les grandes industries vont encore accroitre la peur d’entrer dans le cycle de la précarité.
- Les difficultés à se loger prennent des dimensions intolérables pour des centaines de milliers de personnes.
- Le logement devient une des causes des difficultés des ménages, les loyers sont devenus une trop lourde charge, ils représentent de 25% à 50% des budgets de chaque mois.

Répartir autrement les richesses produites est la question fondamentale pour changer la logique économique et aboutir à une véritable transformation sociale.

Il faut aller chercher l’argent inutilisé là où il est pour le rendre utile, au plus grand nombre voilà la vraie problématique, alors que l’on nous propose de travailler plus pour gagner plus.

Collaborer aux objectifs de libéralisme ce serait une duperie pour le monde du travail. Comme celle de se satisfaire d’une politique de régulation du capitalisme ou d’assistanat.

Le développement humain, la satisfaction des besoins, le progrès social doivent être la seule logique économique et politique.

Battre la droite et l’extrême droite est la priorité mais cela ne suffira pas si la même logique économique se poursuivait.

En exprimant une telle conception de société, notre Amicale n’est pas neutre, elle prend position en fidélité aux combats des Internés, des Déportés, des Fusillés, de leurs idéaux de Justice Sociale, d’émancipation humaine et du formidable espoir de faire aboutir leurs combats.

Beaucoup voudrait justement que ce soit la fin de l’histoire, il faudrait de nouveau capituler devant l’hégémonie du capitalisme mondialisé.

L’appel à la Résistance est plus que jamais à l’ordre du jour. Les peuples d’Amérique Latine ont commencé à se libérer.

Le non au référendum, la victoire contre le CPE ne sont pas des incidents de parcours, tout à un sens et cela ouvre à quelque chose qu’il faut inventer et construire.

Le Conseil d’Administration du mois de Janvier en faisant le bilan de toutes les initiatives faisait le contact que l’ensemble de nos cérémonies continuent de rassembler du monde à Voves, Rouillé, Aincourt, à la Blisière, à Nantes et bien sûr à Châteaubriant.

Depuis des décennies, l’objectif de notre Amicale est de préserver la mobilisation populaire de nos commémorations, le Conseil d’Administration propose que cela reste notre démarche pour l’avenir, donc une de nos responsabilités principales.

Hubert DOUCET


Il y a 1 photo disponible : Visualiser l'album.


Rapport de Hubert DOUCET

Document PDF (24444 octets)

Discours de Odette CHRISTIENNE

Document PDF (28002 octets)

Discours de Lucette DUBOIS

Présidente de la commission de solidarité.


Document PDF (9162 octets)

Visiteurs du musée en 2006

Document PDF (8663 octets)

Visiteurs de la Carrière en 2006

Document PDF (7875 octets)

Hommage de Jacqueline OLLIVIER TIMBAUD

Document PDF (22068 octets)
 
 
Retour haut de page - Accueil - Plan - Contact - Webmaster - Liens - Infos Légales